Démondialiser et coopérer

Blog d'Aurélien BERNIER

posté le vendredi 17 septembre 2010

Libération : Manifeste pour une écologie antilibérale

Après les bouquins qui font le point sur le triste état du monde, voici venu le temps des livres consacrés à l'écologie sociale. Issu d'un colloque sur les crises par le Mouvement politique d'éducation populaire, Ne soyons pas des écologistes benêts dénonce les politiques écolo-libérales porteuses d'une profonde injustice sociale. Dénonciation du "show grenellien", des marchés du carbone, de la croissance verte, de la marchandisation de la nature, les griefs sont nombreux.

 

Aurélien Bernier et Michel Marchand flinguent les écolos benêts qui ne sont "ni de droite ni de gauche" (Cohn-Bendit) ou rêvent de sauver les écosystèmes via le capitalisme (Arthus-Bertrand). Le salut : relocalisation de l'économie, décroissance des biens matériels, taxation des importations en fonction de critères sociaux et environnementaux.

 

Concis, utile, efficace.

 

LAURE NOUALHAT

 

Ne soyons pas des écologistes benêts, Aurélien Bernier et Michel Marchand, Ed. Mille et une nuits.

 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 10 septembre 2010

La NR - Centre Presse : Le petit livre rouge de l'écologie anticapitaliste

 

Dans '' Ne soyons pas des écologistes benêts '', Aurélien Bernier revient sur la crise environnementale. Le Poitevin Aurélien Bernier, qui a participé voici deux ans à la création du très à gauche Mouvement politique d'éducation populaire (M'PEP) continue son entreprise de dénonciation de l'hypocrisie écologiste. Après avoir démonté les mécanismes pervers du protocole de Kyoto, Aurélien Bernier publie aujourd'hui, avec Michel Marchand et sous les auspices du M'PEP un brûlot intitulé « Ne soyons pas des écologistes benêts ».

Les deux hommes ne peuvent guère être accusés de parler de ce qu'ils ne connaissent pas : Aurélien Bernier est un ancien de l'Agence de l'environnement (Ademe) et son comparse travaille à l'Institut de recherche sur la mer (Ifremer). L'un et l'autre constatent, comme beaucoup d'autres, l'ampleur de la crise environnementale et fusillent sans appel ceux qui, à l'instar de Claude Allègre nient la réalité du réchauffement climatique.


Mais ils dénoncent aussi avec la même vigueur ce « capitalisme repeint en vert », dont des Al Gore et autres Yann Arthus-Bertrand se sont faits les chantres. Pour les deux auteurs, fidèles à leurs origines gauchistes et écologistes, il n'est point de lutte efficace contre la crise environnementale sans rupture avec le capitalisme.


Les thèses défendues dans ce court ouvrage pourront paraître parfois excessives. Elles méritent pourtant qu'on s'y attarde. Ainsi, face à l'évidence de la mondialisation à laquelle s'est ralliée une grande partie de la gauche, Aurélien Bernier et Michel Marchand opposent-ils un protectionnisme social et écologique.


Le but étant de casser le « dumping » social et écologique de nombreux états émergents en direction de multinationales qui, par-delà des protestations de façade, ne visent qu'un seul but : le plus grand profit grâce aux bas salaires et aux moindres contraintes environnementales. Le débat méritait d'être ouvert.

 

Vincent Buche

 

8 septembre 2010

 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 02 septembre 2010

L'écologithèque

 

« Nous proposons la sortie pure et simple du capitalisme néolibéral, qu’il faut remplacer sans hésiter par un socialisme écologique et républicain. Cette sortie ne doit rien laisser au hasard. Mis bout à bout, un protectionnisme écologique et social, la relocalisation des activités, le droit opposable à l’emploi, la Charte de la Havane, les mesures de solidarité internationale, la désobéissance européenne… forment un tout cohérent. »
Voilà qui ne s’encombre pas de circonvolutions inutiles. Aurélien Bernier et Michel Marchand dans leur livre Ne soyons pas des écologistes benêts sous-titré Pour un protectionnisme écologique et social, dans la collection Les petits libres des éditions Mille et une nuits, ne mâchent pas leurs mots. Si leur analyse de la crise écologique et sociale est pour beaucoup celle que font maintenant de nombreux experts, politiciens et autres associations militantes, leurs conclusions et les solutions avancées sont radicales (qui, je le rappelle, ne signifie aucunement fanatiques) — à commencer par la sortie immédiate du capitalisme néolibéral.
Bref, et pour employer un langage familier, ça décoiffe.



« L’épuisement des énergies fossiles, les émissions massives de polluants et la destruction environnementale sont imputables à l’économie productiviste qui s’est emballée et mondialisée au cours des trente dernières années. Le capitalisme néolibéral ravage la planète. Nous devons consacrer toute notre énergie à y mettre fin. Là se trouve l’essentiel. » Depuis longtemps nous savons que les riches détruisent la Planète. Hervé Kempf l’a démontré avec brio dans l’un de ses livres. Alors pour quelles raisons n’arrivons-nous pas à mettre un terme à ce carnage, à cette gabegie ? Les écologistes n’ont-ils pas tort de dissocier l’écologie du social ? En cela, ne sont-ils pas des écologistes benêts ? Des questions que mettent en perspective les auteurs du livre.
Les écologistes ne pourront plus tergiverser sans fin. Ne pas remettre en question la mondialisation, la financiarisation ainsi que le libre échange, c’est amputé sa réflexion de sa partie congrue et de ce qui en fait sa raison d’être. Il n’y a pas d’autres chemins possibles pour enrayer les bouleversements environnementaux et mettre un terme à la crise sociale que sortir du capitalisme — « Le “capitalisme” entendu comme un système à l’œuvre qui exploite des marchés spéculatifs afin d’en tirer le maximum de profit immédiat, quitte à détruire l’homme et son environnement.»
À défaut d’être ni de droite ni de gauche, l’écologie finit par être de nulle part — mais comme elle ne peut être objectivement de droite…

Réduire le débat à une  dimension purement éthique, morale ou philosophique est une manière commune et consensuelle de l’éviter. Ainsi un certain nombre d’écologistes risquent-ils de passer à côté d’une réalité qui pourtant crève les yeux : «… la nécessité de mettre en place des politiques de rupture avec le système actuel.»
Une partie non négligeable d’écologistes font trop souvent le jeu des « marchés » et des multinationales en laissant croire (volontairement ou pas) que le modèle capitaliste ne peut être pour l’instant mis en cause, qu’il faudrait s’en servir comme d’un levier, ouvrant ainsi la porte au «greenwashing», au hochet du développement durable et offrant la possibilité à l’ordre économique mondial de se verdir et de se refaire une santé. C’est oublié que « [l]’action de l’homme sur la planète, façonnée par le mode de production capitaliste, a aujourd’hui quatre conséquences majeures : les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité, l’épuisement ou la distribution inégale des ressources renouvelables, avec notamment les difficultés croissantes d’accès à l’eau pour certaines populations, et la présence de substances toxiques dans le milieu naturel. »
Nous sommes entrés dans l’âge de l’anthropocène.
« ... [l]e capitalisme vert n’est rien d’autre que la mondialisation néolibérale, plus les énergies renouvelables. »

Aurélien Bernier et Michel Marchand, dans Ne soyons pas des écologistes benêts, font preuve d’une grande lucidité. Leur démonstration s’avère être d’une redoutable efficacité. Qu’ils abordent le thème de la décroissance, du développement durable, de la fiscalité ou encore de la productivité, ils ne sont jamais dans l’outrance.
Les faits sont là. Les possibilités que nous avons aujourd’hui de nous informer et d’agir sont multiples. Si l’engagement individuel est important — réduire sa consommation, favoriser le local, les énergies propres, et plus généralement mettre  en pratique dans son quotidien ses convictions écologiques —, il n’ y a pas de solutions qui ne passent immanquablement par le politique.
En finir avec le capitalisme néolibéral est un impératif dont le mouvement écologique ne pourra pas faire l’économie.

Les auteurs de Ne soyons pas des écologistes benêts avancent des solutions adéquates pour contrer le capitalisme « vert ». Leur visée n’est pas utopique. Leur objectif est clair: « … nous devons élaborer un véritable projet de société capable de susciter l’enthousiasme et de fédérer les citoyens. Un projet dont la vocation est de devenir majoritaire, y compris dans les urnes. »

Une lecture revigorante.


Ne soyons pas des
écologistes benêts (Pour un protectionnisme écologique et social), d’Aurélien Bernier & Michel Marchand, col. Les petits libres, éd. Mille et une nuits

Pour en savoir plus : http://www.1001nuits.com & http://www.m-pep.org
Christophe Léon
www.christophe-leon.fr
 
INTERVIEW 
Aurélien Bernier vous êtes l’auteur avec Michel Marchand de Ne soyons pas des écologistes benêts, paru aux éditions Mille et une nuits.
En quoi les écologistes pourraient-ils être benêts ?


Pour commencer, il ne faudrait pas dire « les écologistes », qui sont loin de former un ensemble cohérent. Certains écologistes sont par contre directement concernés par le titre du livre. Les écologistes benêts sont d'abord ceux qui ne veulent pas faire de politique, comme si tout se jouait sur le plan individuel et moral. Ce sont également des écologistes engagés dans des partis, mais qui prônent la révolution du brossage de dents. A l'image des socio-démocrates, ils veulent simplement aménager le système en jouant là encore sur les comportements individuels (fermer le robinet lorsqu'on se brosse les dents, trier ses déchets...) et en verdissant le capitalisme. On ne touche pas aux logiques d'exploitation des hommes et de la planète, on remplace juste les énergies fossiles par des renouvelables, les véhicules traditionnels par des voitures électriques. La caricature de l'écologiste benêt est Arthus-Bertrand, dont le discours est politiquement vide, moralisateur, mais qui est financé par une grande multinationale (Pinault Printemps La Redoute - PPR). Il n'y a pas de hasard. Si M. Pinault, l'une des plus grandes fortunes de France, finance le film d'Arthus-Bertrand, c'est que ce discours lui convient parfaitement. Il laisse intact ses privilèges, il détourne l'attention. A l'inverse, je serais très étonné que le groupe PPR fasse de la publicité pour notre livre !

D’emblée vous vous attaquez au capitalisme néolibéral et au productivisme en estimant, à juste titre je crois, qu’ils sont les responsables du réchauffement climatique. En quoi le capitalisme dominant est-il un danger pour la Planète, et pourquoi est-il devenu, il faut bien l’admettre, le modèle économique de référence ?

L
e capitalisme ne peut prospérer que dans une logique productiviste. L'origine des profits, c'est la vente de marchandises. Plus la production est massive et plus la consommation est massive, plus les profits le sont. Ensuite, on rajoute une couche de financiarisation qui permet d'augmenter ces profits, mais à la base, le capitalisme se doit d'être productiviste.
La forme actuelle du capitalisme est un système mondialisé où la production et la consommation peuvent s'organiser au niveau planétaire et où la finance s'est considérablement développée. Les taux de profit peuvent être accrus en allant chercher les coûts de production les plus faibles et en mettant les économies en concurrence. C'est le capitalisme dans sa version « néolibérale ».
La gauche, elle, a trop souvent été productiviste. Mais, à l'inverse du capitalisme qui a besoin du productivisme, le productivisme de gauche est une erreur d'analyse. Dès lors que la satisfaction durable (et j'insiste sur le mot durable) des besoins sociaux est mise au centre des préoccupations, on est nécessairement anti-productiviste.
Le capitalisme est donc un système qui porte en lui la destruction de la planète.
Il s'est imposé comme modèle de référence par le lobbying et la propagande, en déployant des stratégies redoutables. Le lobbying des grandes puissances financières a permis d'obtenir que les Etats acceptent le libre-échange, c'est à dire la possibilité d'installer la production n'importe où, de la vendre n'importe où et de faire circuler les marchandises et les capitaux sans « entrave », ce qui signifie en fait sans régulation politique. Pour ce qui est de la propagande, le commerce fut d'abord présenté comme un moyen d'instaurer la paix, ensuite de sauver les pauvres et aujourd'hui de protéger l'environnement. Mais les faits démentent ces affirmations. Des guerres surviennent encore, y compris en Europe, les populations non solvables meurent toujours de pauvreté, les écarts entre riches et pauvres s'accentuent et les indicateurs environnementaux (empreinte écologique, émissions de gaz à effet de serre...) se dégradent continuellement.


Vous ne dissociez pas l’écologie du social. Pensez-vous que les écologistes n’ont pas pris la mesure de l’élément social dans leur analyse ? D’autre part, vous reprochez à nombres d’écologistes de ne pas prendre en compte la dimension politique du débat. La pensée écologique est-elle compatible avec la politique telle qu’elle est pratiquée dans notre pays ?

Certains écologistes font clairement passer l'environnement avant le social. Fermer des usines polluantes en Europe ne signifie pas que ces usines disparaissent. Les activités se redéploient simplement dans les pays à bas coût de main-d’œuvre. Au final, il n'y a aucun progrès environnemental et des emplois sont détruits. Je crois au contraire qu'il faut relocaliser en priorité les activités polluantes pour les contrôler démocratiquement et les faire changer, et recréer de l'emploi en Europe. Un autre exemple d'écologie antisociale, c'est la taxe carbone, qui fait payer aux plus pauvres le prix des gaz à effet de serre. On a amusé la galerie en prétendant que l'augmentation des combustibles serait compensée. Mais si les combustibles augmentent, c'est l'ensemble des prix des biens et des services qui augmentent, et ça, personne ne l'a jamais évoqué ! Dernier exemple, celui des emplois « verts ». On entend un discours unique qui explique que ces nouveaux emplois seront meilleurs que les autres et non délocalisables. Mais c'est faux ! Plus de 50% du matériel pour l'éolien et le solaire vendu dans le monde est déjà fabriqué en Chine. Quant aux emplois de proximité, la « Directive Services » de l'Union européenne prévoit une mise en concurrence qui permettra aux entreprises des pays de l'est de venir truster des marchés dans les pays de l'ouest, en créant du dumping.
C'est en cela que de trop nombreux écologistes sont à côté des vrais débats. Un travail rigoureux amène obligatoirement à poser des questions très politiques. La plus importante est de savoir si l'on peut faire vraiment de l'écologie et du social en se pliant au traité européen. La réponse est évidente : c'est non ! Les écologistes devront donc choisir entre l'Union européenne et la protection de l'environnement. Ils doivent sortir de leur européisme, qui relève de l'irrationnel, du quasi-religieux.
La pensée écologiste doit donc évoluer et intégrer la situation politique réelle, les rapports de forces, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Elle doit être présente en politique, mais pas sur une ligne « ni droite ni gauche » comme le veut Cohn-Bendit. La meilleure chose qui pourrait arriver à Europe écologie serait de se débarrasser de Cohn-Bendit et, sur le fond, de reconsidérer totalement leur vision de la construction européenne. Il deviendrait alors possible de créer avec eux un front large à gauche, avec des revendications sociales et environnementales cohérentes. Les propositions qui en sortiraient seraient des propositions de rupture avec le système, de nouvelles pratiques politiques. Il ne s'agirait plus d'adapter l'écologie aux institutions et au jeu médiatique, mais bien de faire une révolution par les urnes. Je suis convaincu que c'est possible, et que les citoyens sont prêts à soutenir un tel mouvement. La gauche gagnera si elle est unie, mais surtout si elle est cohérente et courageuse.


Dans votre livre, un chapitre est intitulé À bas le capitalisme « vert ». La « croissance verte » est à la mode. Elle serait un des moyens de sortir de la crise à la fois économique et environnementale selon certains. On agite allègrement le hochet du développement durable comme s’il s’agissait d’un grigri protecteur contre le dérèglement climatique. En quoi ce verdissement de l’économie vous semble-t-il nuisible ?


En fait, nous avons dépassé le stade du développement durable, qui consistait principalement à se repeindre en vert à peu de frais. Le capitalisme « vert » est très différent. Les grandes puissances économiques ne font plus semblant d'agir, elles prennent le contrôle de marchés rentables ou prometteurs, comme les renouvelables, le véhicule électrique, le stockage souterrain du carbone... Ce qui est nuisible, c'est qu'elles font cela sans rien changer par ailleurs. Les agrocarburants perpétuent et renforcent même la domination du Nord sur le Sud. Les énergies renouvelables sont prétextes à de nouvelles délocalisations, à la privatisation du service public.
Le discours de l'Union européenne est de dire qu'il faut toujours être en pointe, jouer sur l'innovation, la haute technologie. Mais dès qu'une technologie est maîtrisée, on va chercher à diminuer les coûts de production en délocalisant. Il faut donc s'attaquer avant tout aux règles du commerce international, à la finance, aux flux de capitaux. Sinon, le capitalisme prospérera sur les technologies « vertes » comme sur le reste. En admettant qu'il puisse y avoir un intérêt environnemental – ce dont je doute, les émissions de gaz à effet de serre ayant augmenté de 25% ces 10 dernières années –, les rapports sociaux resteraient inchangés, ce qui constituerait un échec terrible.


Faut-il sortir du capitalisme pour sauver la Planète, comme le proposait Hervé Kempf dans l’un de ses livres ? Existe-t-il un système économique et/ou politique qui nous permettent justement d’en sortir ?

C'est une évidence, et je rejoins totalement l'analyse d'Hervé Kempf. Ce que nous avons voulu faire avec ce livre, c'est repartir de son constat, et tirer des conclusions politiques sur le « comment ».
L'économie collectiviste a échoué. Le capitalisme néolibéral est une monstruosité. Il faut repartir des valeurs traditionnelles de la gauche et construire une République écologique et sociale qui n'a jamais été mise en application, mais sur laquelle il existe beaucoup d'écrits. Le problème n'est pas là. Ce qu'attendent les citoyens, ce n'est pas que l'on décrive une énième fois le monde idéal, mais que l'on dise comment sortir de celui-ci pour atteindre nos idéaux. Or, la gauche refuse de parler des transitions car elle a peur du débat qui en découlerait.
Que voulons-nous faire ? Répondre durablement aux besoins sociaux. Il faut donc changer profondément la répartition des richesses, en taxant les profits, en fermant les Bourses, en instaurant un revenu maximum, en supprimant le chômage... C'est tout à fait possible techniquement. Mais la moindre mesure qui aille dans ce sens est interdite par l'OMC et l'Union européenne. Nous n'avons donc pas le choix. Il faut désobéir à l'UE et sortir de l'OMC. Ou bien, si nous ne sommes pas prêts à lancer ce débat, arrêtons de faire de la politique !


Vous employez fréquemment le terme «d’écologie radicale». Autant que le mot-obus « décroissance », l’écologie radicale ne risque-t-elle pas d’effrayer le citoyen ?

Le terme « radical » signifie « aller à la racine des choses ». Ce n'est donc pas un terme violent, mais un terme extrêmement subversif. Il n'a rien d'effrayant. Le grand soir n'est ni crédible ni souhaitable, mais la radicalité et la cohérence du discours politique sont le minimum que les citoyens sont en droit d'exiger. Nous proposons dans ce livre des mesures qui font bien-sûr débat, mais qui sont radicales (au sens propre : nous nous attaquons à la racine du problème, qui est le capitalisme et les institutions sur lesquelles il s'appuie) et cohérentes.
Plutôt que les « mots-obus », je préfère les « idées-obus » . La désobéissance européenne est une idée-obus, une véritable ogive nucléaire ! Mais elle est une évidence. Le traité européen interdit toute régulation sérieuse de la finance, du commerce, y compris pour des raisons environnementales. L'UE autorise les OGM à tour de bras, favorise outrageusement l'agriculture intensive. Si un gouvernement de gauche radicale est élu en 2012, peut-il attendre de réformer l'UE des 27 avant de faire quoi que ce soit ? Peut-il abandonner son programme en attendant quelques décennies que la construction européenne change ? Bien-sûr que non. Il lui faudra désobéir pour mettre en place son programme, c'est à dire créer un droit national juste, mais qui sera forcément contraire au droit européen. Ça ne pose aucun problème de légitimité, puisque ce gouvernement sera élu au suffrage universel, à l'inverse des commissaires qui pilotent la construction européenne. Tout le monde le sait, mais personne ne le dit ! C'est un véritable appel à l'abstention... Il faut au contraire l'écrire en gras et en rouge dès la première ligne de tout programme électoral de gauche.
Fermer la Bourse est également une idée-obus. Pourtant, le livret A existe. Il serait possible de financer l'économie en reprenant son principe et en l'appliquant aux entreprises, ce qui participerait au démantèlement de la finance internationale.
Enfin, le droit opposable à l'emploi est une idée-obus. Le chômage n'existe pas à cause de la mécanisation ou de la mondialisation. Il existe parce que nous n'avons pas voulu créer les nouveaux emplois permettant de répondre aux besoins sociaux, notamment dans l'environnement, la santé, l'éducation... Pour financer ces emplois, il faut taxer les richesses. La boucle est bouclée.


Dans le dernier chapitre de votre livre, Des propositions de rupture, vous avancez des solutions concrètes pour « passer de ce monde ultra-libéral à un monde tel que le rêvent les altermondialistes. » Vous proposez de « construire un protectionnisme écologique, social et universaliste ». Je dois dire que vous n’y aller pas par quatre chemins. C’est un peu une révolution que vous appelez de vos vœux. Ne pensez-vous pas que cette radicalité est impossible dans ce monde du consensus ? Et ne risque-t-on pas d’isoler le pays en appliquant vos solutions ?

Oui, c'est une révolution politique. Mais la politique, ce n'est pas le consensus. Quel consensus peut-il y avoir entre Nestlé, Carrefour ou Monsanto et un agriculteur bio ? Quel consensus entre une petite entreprise qui innove dans les énergies renouvelables et Total ? La politique, c'est agir dans le sens de l'intérêt général alors qu'il existe des intérêts privés contradictoires. Il faut négocier, oui. Mais le résultat de la négociation n'est pas nécessairement un consensus.
Des mesures protectionnistes permettraient d'abord de casser le chantage aux délocalisations qui mine les rapports sociaux dans les pays développés, et d'aller vers une concurrence réellement non faussé. 60% des produits importés de Chine par les Etats-Unis sont vendus par des firmes américaines délocalisées en Chine. En appliquant une lourde taxe aux frontières, ces firmes relocaliseraient, car elles sont dépendantes du marché américain. C'est exactement la même chose en France, en Europe.
Ensuite, des négociations s'ouvriraient entre pays. L'objectif serait de supprimer ces taxes, mais avec des contreparties : que la Chine élève ses normes sociales et environnementales. Ce n'est pas du protectionnisme isolationniste, bien au contraire, c'est un protectionnisme universaliste. L'enjeu est de reconstruire des échanges commerciaux équitables. Cette mesure est d'ailleurs indissociable de mesures de solidarité internationale. La dette des pays pauvres doit être annulée, et les pays riches doivent reconnaître leur dette écologique, c'est à dire leur responsabilité historique dans la dégradation de la planète. Il faut la rembourser, mais en conditionnant le paiement à un mieux-disant social et environnemental.
En 1948, nous sommes passés tout près d'un accord international sur un système commercial radicalement différent de celui que nous connaissons. La Charte de la Havane proposait une régulation forte, une coopération, une solidarité entre Etats, qui doit nous servir de modèle. Les Etats-Unis ont refusé cette charte et ont mis en place le GATT, la libre-concurrence, la dérégulation. Mais rien n'est irréversible.


Enfin, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP) et en quoi il a joué un rôle dans l’élaboration de votre livre ?

Nous avons créé le M'PEP car nous croyons que l'éducation populaire – le partage et la construction collective de savoirs, l'émancipation  – est un moyen de lutte sensationnel, mais qu'elle doit être politisée. Nous ne pouvons pas simplement rêver au monde idéal. Nous devons décrire les transitions. C'est peut-être moins noble, plus terre-à-terre, mais c'est indispensable pour redonner de l'enthousiasme, redonner le goût de voter... et prendre le pouvoir à l'oligarchie, ce qui reste, qu'on le veuille ou non, le seul moyen à court terme de changer les choses.
Concrètement, nous effectuons un énorme travail de fond (recherches, écriture, outils militants...) et participons aux élections dans le but de construire une grande force de gauche capable de passer devant le parti socialiste. C'est pourquoi nous avons fait campagne avec le Front de Gauche, qui peut porter cette ambition.
La désobéissance européenne, le droit opposable à l'emploi, et maintenant la sortie de l'euro sont des propositions que nous avons élaborées collectivement au M'PEP. Il était donc normal que ce livre porte le logo du M'PEP, même s'il a été écrit par deux personnes, Michel Marchand et moi-même.

 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 09 juillet 2010

Sortie du livre "Ne soyons pas des écologistes benêts"

 

 

Militants associatifs ou politiques, les écologistes benêts sont ceux qui voient le monde à travers la seule crise environnementale, en oubliant la crise sociale. Ceux qui défendent une écologie qui ne serait « ni de droite ni de gauche » (Daniel Cohn-Bendit). Ceux qui prétendent sauver les écosystèmes sans mettre fin au capitalisme (Yann Arthus Bertrand).

 

Pourtant, l’effondrement financier de 2008 aurait dû les réveiller… Eh bien non. Au contraire, ils défendent le capitalisme vert, qui permet à l’ordre économique mondial de se faire une seconde jeunesse.

 

Nous ne devons pas nous laisser berner. C’est bien à une réorganisation politique qu’il faut œuvrer. Cela passe par des prises de position claires : contre l’OMC, pour un protectionnisme écologique et social à l’échelle des Etats, pour un nouvel internationalisme.

 

Sortie en librairie le 25 août 2010 

 

Ancien membre d’Attac, Aurélien Bernier a travaillé dix ans pour l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Il collabore au Monde diplomatique.


Michel Marchand travaille à l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER) et est spécialiste des pollutions chimiques marines.

 

 


Commentaires

 

1. bigroot  le 07-09-2010 à 12:15:07  (site)

à quand une version en ligne?

2. Morandet  le 14-11-2011 à 18:23:02

Bien d'accord avec cette présentation, mais je ne connaissait pas le livre et je n'ai donc pas encore eu l'occasion de le lire.

D'un autre côté, je voudrais signaler un petit site qui n'est pas "écologiste" mais apporte de bonnes informations, précises et chiffrées de plus.

C'est celui-ci : http://energeia.voila.net/index2.htm

Je vais aller faire un tour en librairie.

 
 
 
posté le jeudi 10 juin 2010

La gauche doit assumer 
de désobéir à l’Union européenne

 

 

 

 

Article paru dans l'Humanité du 19 mai 2010

 

 

Fermons les yeux et rêvons un peu. Nous sommes en 2012, au printemps. La Gauche radicale française sort enfin victorieuse des élections présidentielles et législatives. Mais passée l'immense fête populaire que mérite un tel succès et la mise en place d'un gouvernement, il se pose un problème crucial aux nouveaux dirigeants. Si cette Gauche radicale se réfère au droit communautaire qui s'impose aux états membres, elle doit renoncer à mettre en œuvre son programme social, écologique et solidaire, qui est par nature incompatible avec les traités de l'Union européenne.


Il fut une époque où la Gauche répondait clairement à ce problème. Dans son chapitre consacré à l'Europe, le programme commun de 1972 du Parti communiste, du Parti socialiste et du Mouvement des radicaux de gauche indiquait : « Le gouvernement aura à l’égard de la Communauté économique européenne un double objectif. D’une part, participer à la construction de la CEE [...] avec la volonté d’agir en vue de la libérer de la domination du grand capital, de démocratiser ses institutions, de soutenir les revendications des travailleurs et d’orienter dans le sens de leurs intérêts les réalisations communautaires ; d’autre part de préserver au sein du marché commun sa liberté d’action pour la réalisation de son programme politique, économique et social. » Et l'Union européenne était à l'époque bien moins libérale qu’aujourd'hui!


Entre temps, Bruxelles a muré les fenêtres et verrouillé les portes qui auraient permis à des états de sortir de l'euro-libéralisme.


Le Traité indique par exemple que « Toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites », ce qui rend les politiques fiscales de gauche impossibles.


La casse des acquis sociaux est mise en pratique par la Cour de justice des communautés européennes, dont les arrêts tendent à aligner les conditions de travail sur les pires dispositions en vigueur dans l'Europe des vingt-sept.


Face à une Commission qui conserve l'exclusivité en matière de propositions législatives, le Parlement est cantonné à un rôle d'observateur, qui autorise tout juste certains députés à lancer des alertes en direction de l'opinion publique. Surtout, l'assemblée qui représente les peuples ne possède aucune compétence sur les traités communautaires et les accords internationaux, qui sont les véritables fondements des politiques européennes.


L'affaire des OGM détruit quant à elle l'espoir qu'un groupe de pays puisse influencer les décisions de l'Union européenne dans un sens moins libéral : alors qu'une majorité de citoyens et d'états membres souhaite interdire les cultures transgéniques, la Commission continue de les imposer au nom du libre-échange.


Enfin, l'illusion d'une Union européenne solidaire a volé en éclats avec le traitement scandaleux de la situation grècque.


Tout projet de transformation « de l'intérieur » des institutions pour bâtir une Europe sociale nous renvoie donc à un avenir très lointain. La construction européenne suit une ligne tout à fait libérale qui ne montre aucun signe d'affaiblissement, bien au contraire.


Cette situation nous impose de répondre aussi clairement que nos prédécesseurs à cette question taboue : que ferait un gouvernement de Gauche radicale face aux règles communautaires? Il n'aurait pas le choix. Il lui faudrait désobéir, c'est à dire construire un droit national socialement juste et protecteur de l'environnement, même si ce droit est incompatible avec les textes européens.


La Gauche pourrait-elle accepter la transposition des directives de privatisation qui détruisent la Poste ou le service public de l'énergie? Pourrait-elle accepter qu'on lui interdise de taxer les transactions financières ou de voter des lois anti-délocalisations? Bien-sûr que non.


Loin de s'isoler, un état qui assumerait la désobéissance européenne en entraînerait d'autres avec lui. Il créerait un formidable espoir de changement là où domine le fatalisme. Il ouvrirait une brèche dans laquelle les mouvements sociaux pourraient s'engouffrer. En nouant de nouvelles alliances sur des bases anti-libérales, il irait même jusqu'à poser les fondations de cette autre Europe que nous souhaitons créer. Alors que progressent les gauches radicales en Allemagne, au Portugal et en France, la désobéissance européenne est le chaînon manquant vers une révolution progressiste par les urnes, en Europe et au delà.


En 2005, lors du référendum sur le Traité constitutionnel, nous expliquions aux citoyens que les politiques européennes surplombaient l'ensemble des politiques nationales. Les citoyens l'ont parfaitement compris. Soyons-donc logiques. Osons assumer cette désobéissance européenne qui permettra à la Gauche de redevenir victorieuse.

 

 

 


Commentaires

 

1. Alinge  le 11-06-2010 à 13:36:41

Eh oui ! Désobéir, résister, encore et encore...

Désobéir à ces règles que nous avons rejetées quand la question nous a été posée, et que la droite triomphante, hautaine et méprisante pour ce (ces) peuple(s) imbécile(s) nous a imposées.

Résister à ce mode de pensée - en dehors duquel il n'est pas de salut nous affirme-t-on sans relâche - distillé à longueur d'antenne, radios et télévisions, journaux de toutes sortes, de toutes options, de toutes opinions.

Désobéir et résister à nos "amis", tous ces bons samaritains qui se posent en défenseurs du bon peuple mais qui, chaque qu'ils ont été aux affaires, ont poursuivi la politique menée par la droite.

"Il faut être raisonnables, il faudra faire des sacrifices ..."
1 D'accord ! Commencez !
2 Être raisonnable, ce n'est pas se soumettre. Des personnages illustres - et d'autres restés inconnus - de notre histoire l'ont démontré il n'y a pas si longtemps.

Alors, oui ! soyons raisonnables : DESOBEISSONS ! RESISTONS.

2. Pascal C  le 13-06-2010 à 19:10:23

Je trouve que cet article gomme la responsabilité des élites française à cette construction européenne capitaliste.

On pourrait avoir l'impression que la résistance serait plus efficace au niveau de l'état-nation qu'au niveau communauté européenne.

Un peu comme si (on l'entend de plus en plus) le franc permettait de moins se faire couillonner que l'euro.

Pour ma part je mise sur l'internationalisme dans les luttes comme horizon, boussole, visée. Cela prend en compte les luttes menées au niveau de son état-nation mais évite le piège duu nationalisme.

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :
 
 
 
Rappel article